PRESENTATION ET HISTORIQUE DE LA COMPAGNIE DES VIEUX-GRENADIERS


Présentation


Lors des grandes manifestations patriotiques ou historiques, en Suisse ou à l’étranger, la Compagnie des Vieux – Grenadiers de Genève forte d’environ 120 hommes, défile aux rythmes de musiques napoléoniennes.


La Compagnie des Vieux-Grenadiers est organisée militairement et confiée à un État-Major. Elle défile dans l’ordre suivant, derrière son commandant : sapeurs, le drapeau et sa garde, le tambour-major et sa batterie de marche, le chef de musique et ses musiciens, deux sections de porteurs d’armes, derrière leurs officiers respectifs.


La Compagnie des Vieux-Grenadiers est renforcée, par une musique de marche et une batterie de tambours, qui lui permet d’atteindre une dimension et une prestance des plus spectaculaires. Toutes les marches jouées pendant le show par la batterie et la musique sont des morceaux d’époque Napoléonienne ou des marches suisses.


Les fusils, les épées et les sabres sont authentiques et ont servi sur les champs de bataille d’Europe. De nos jours encore, ses évolutions et ses tirs sont ordonnés selon les directives de la milice genevoise de l’époque.
Historique


C’est à Genève, en 1749, que 14 bourgeois, grenadiers du Corps d’élite de la milice genevoise, se réunirent en privé pour constituer le CERCLE DES GRENADIERS, actuellement l’une des plus anciennes sociétés patriotiques de la ville.


Les membres du Cercle sont restés très unis malgré la dissolution de leur Corps pendant la Révolution française.


Lors de l’invasion des cantons suisses par les armées du Directoire, Genève devint le chef-lieu du département du Léman et les grenadiers furent incorporés dans les cohortes de la Légion du Léman. Puis, Napoléon Ier ordonne la constitution, à Genève, de 4 compagnies de grenadiers d’élite, habillés d’un uniforme bleu à passepoils rouges et coiffés du fameux « bonnet à poils » de la Garde impériale. C’est l’origine des uniformes de la Compagnie et c’est dans cette tenue qu’elle accueille, le 1er juin 1814, les troupes suisses au Port-Noir.


En 1896 quelques Grenadiers membres du cercle décidèrent de revêtir l’uniforme des grenadiers de 1813 pour porter haut en couleur la bannière de notre cercle à l’occasion de l’exposition nationale suisse. La musique, fondée en 1969, a un répertoire de marches de l’Empire, de marches suisses, ainsi que d’autres œuvres musicales, qui ont permis à la Compagnie d’atteindre une dimension et une prestance des plus spectaculaires, grâce auxquelles elle espère porter au loin les sentiments de fraternité et d’amitié si chers aux membres de la Société des Vieux-Grenadiers de Genève, dont la devise est : « PATRIE – FAMILLE – AMITIÉ ».


La Compagnie des Vieux-Grenadiers, forte de 120 hommes, se présente comme suit lors d’un défilé : en tête le commandant, suivi des sapeurs aux grands tabliers de peau blanche, le drapeau et sa garde, le tambour-major et sa batterie de tambours, le sergent-major chef de musique et sa musique, et, pour terminer, les deux sections de grenadiers portant des fusils de modèle 1822 T-bis, précédées de leur chef. Les évolutions et les tirs sont ordonnés selon les directives de la milice genevoise de l’époque.


L’équipement de la Compagnie est gardé dans son arsenal ; les fusils, les sabres ainsi que les épées sont d’authentiques armes d’époque, ayant servi sur les champs de bataille d’Europe, principalement dans les armées françaises.


Lors de manifestations patriotiques ou folkloriques en Suisse ou à l’étranger, la Société délègue son imposante Compagnie qui, souvent, représente officiellement la Ville ou la République et le Canton de Genève ; elle a effectué sa première sortie en uniforme actuel à l’occasion de l’Exposition Nationale Suisse de Genève, en 1896.